Dimanche 6 Août 2017

Fête de la Transfiguration

 

Jésus, notre lumière

Ne prenant avec lui que Pierre, Jacques et Jean, Jésus se retira sur une haute montagne, et « il fut transfiguré devant eux 1 », autrement dit pendant qu’ils le regardaient. Que signifie : « Il fut transfiguré »? demande Chrysostome, le grand théologien. Cela veut dire qu’il leur ouvrit un peu quelque chose de sa divinité, selon son bon-plaisir, et qu’il manifesta à ses disciples Dieu demeurant en lui. Et pendant qu’il priait, dit Luc, « voici que son aspect devint autre 2 », tandis que Matthieu écrit : « Il devint brillant comme le soleil 3. » Il dit « comme le soleil », non pour que nous concevions cette lumière comme la lumière sensible, mais pour que nous comprenions ceci : ce que le soleil est pour ceux qui vivent et perçoivent selon les sens, le Christ, en tant que Dieu, l’est pour ceux qui vivent et perçoivent selon l’esprit.

C’est pendant qu’il priait qu’il resplendit ainsi, et manifesta cette lumière mystérieuse aux disciples choisis et aux anciens prophètes. Il nous montre par là que la prière engendre cette vision bienheureuse, et nous enseigne qu’il faut être semblable à Dieu par la vertu, et uni à lui selon l’esprit, pour pouvoir en bénéficier : elle est offerte et visible à tous ceux qui, par l’application aux œuvres bonnes et à la prière sincère, se portent continuellement vers Dieu.

1 Mt 17,1-2                      2 Lc 9,29                     3 Mt 17,2

Saint Grégoire Palamas (1296-1359), Homélie 34

La Transfiguration de Jésus anticipe sa manifestation dans la gloire de sa résurrection, et introduit pour un moment ses apôtres dans l’expérience qui sera la leur au lendemain de Pâques. Cette perception de Jésus dans son identité divine suppose en effet la lumière divine, la grâce, même si l’expérience qu’elle entraîne n’a pas forcément l’intensité éprouvée ici par les témoins de la Transfiguration. Notre foi est pourtant fruit de cette même grâce, et nous permet d’avancer avec certitude et force dans la vie chrétienne.

Mais la foi ne se limite pas à une connaissance théorique du Christ : « il faut être semblable à Dieu par la vertu et uni à lui » pour que sa lumière brille en nos intelligences et en nos cœurs. Toute la pédagogie de la Liturgie chrétienne en cette fête de la Transfiguration est pour renforcer notre foi en nous tournant davantage vers cette lumière.

 

L'Auteur :

Grégoire Palamas (1296-1359)

D’une noble et pieuse famille d’Asie Mineure, Grégoire fut éduqué à la cour impériale de Constantinople. À vingt ans, il rejoint les moines du Mont Athos, avant de mener une vie d’ermite jusqu’à trente ans. Ordonné prêtre à  Thessalonique, sa vie solitaire alterne avec ses interventions dans les querelles théologiques et politiques, nombreuses à l’époque. Patriarche de Thessalonique à 50 ans, il s’y révèle grand prédicateur, et défenseur d’une spiritualité fondée sur l’expérience de Dieu, plus que sur une théologie devenue très intellectuelle chez ses  adversaires.