Mercredi 18 septembre 2019

La douce présence du Christ

   « Le royaume de Dieu est-au dedans de vous », dit le Seigneur (Lc 17, 20). Reviens à Dieu de tout ton cœur, laisse là ce misérable monde, et ton âme trouvera le repos. Apprends à mépriser les choses extérieures, et à t’adonner aux intérieures, et tu verras le Royaume de Dieu venir en toi. Car « le Royaume de Dieu est paix et joie dans l’Esprit Saint » (Rm 14, 17), ce qui n’est pas donné aux impies.

   Jésus-Christ viendra à toi et il te fera voir sa consolation, si tu lui prépares intérieurement une demeure digne de lui. Toute sa gloire et toute sa beauté est à l’intérieur, et c’est là qu’il se plaît. Il visite souvent l’homme intérieur, et ses entretiens sont doux, ses consolations gracieuses, sa paix abondante, et sa familiarité plus que merveilleuse. Allons, âme fidèle ! prépare ton cœur pour cet époux, afin qu’il daigne venir à toi et habiter en toi. Car il a dit : « Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole, et nous viendrons à lui, et nous ferons en lui notre demeure » (Jn 14, 23). Fais donc place au Christ, et refuse l’entrée à tous les autres. Quand tu possèdes le Christ, tu es riche et il te suffit : il pourvoit à tout pour toi, et prend fidèlement soin de toi en toute chose, de sorte que tu n’aies plus besoin de rien attendre des hommes. En effet, les hommes changent vite et se dérobe tout de suite, mais le Christ demeure pour toujours, et se tient solidement près de toi jusqu’au bout.

Thomas a Kempis (1379 ?-1471), Imitation de Jésus-Christ, II, 1

MÉDITER :

   Le Royaume de Dieu est au dedans de vous ! Pas de vie chrétienne sans recueillement : Dieu entre en nous par le plus profond de nous-mêmes, et l’accueillir, c’est d’abord se recueillir.

   Alors notre âme se laisse reconstruire par Dieu qui entre librement dans son Royaume : parce qu’il nous a créés à son image,  notre humanité est faite pour être sa demeure : C’est là qu’il se plaît ! À son arrivée, nous nous sentons revivre, ou plutôt vivre divinement : Jésus-Christ viendra à toi et il te fera voir sa consolation.

   Refuse l’entrée à tous les autres ! Si nous devions être très intelligents, très riches ou très forts pour être chrétiens, nous aurions des excuses à ne pas l’être. Mais non, le Christ ne nous demande que de ne pas ouvrir notre porte à d’autres que lui : si d’autres doivent entrer, c’est lui qui les fera entrer.

 

L'Auteur :

Thomas a Kempis (1379 ?-1471)

Né au nord de Cologne, Thomas passe son adolescence à Deventer, foyer de la "Dévotion moderne". Entré vers 1400 chez les chanoines réguliers du Mont-Sainte-Agnès, près de Zwolle (une des maisons de la très importante congrégation de Windesheim, dans la filiation de Ruusbroec), c'est comme maître des novices que Thomas y rédige des milliers de pages de méditation et de pédagogie intérieure.