Vendredi 24 Novembre 2017

L'essence de la prière

Ce que Dieu veut de nous avant toutes choses, c'est que, lui cédant entièrement notre volonté, nous lui laissions faire tout ce qui lui plaît. Sans cela, tout ce que nous disons à Dieu, tout ce qu'il nous dit lui-même ne nous sert de rien… Car Dieu sait ce qu'il doit faire, et notre résignation lui est bien plus agréable que si nous lui promettions de faire par un mouvement de propre volonté des choses extraordinaires pour sa gloire ; or, quoi que nous puissions faire ou dire, Dieu ne demande et ne désire rien tant de nous, que de nous entendre lui dire du fond de notre cœur : "Seigneur, que votre volonté, qui m'est plus chère que toutes choses, soit accomplie!"

Institutions Taulériennes, XVIII

MÉDITER :

"Que ta volonté soit faite !" Telle fut l'unique prière de Jésus à son Père, telle est la prière du disciple de Jésus. Dieu n'a pas besoin de nos belles œuvres : il est tout-puissant et créateur de tout ce qui existe. Il n'a besoin que de notre consentement, qu'il s'est obligé à nous demander en nous créant à son image, c'est-à-dire libres et conscients.

Nous avons peur de laisser Dieu faire sa volonté... Mais qui peut s'y opposer ? La question n'est pas de savoir si elle se fera ou non, mais si elle se fera avec nous ou sans nous. Et pourquoi avoir peur de celui qui nous aimera toujours plus que nous ne nous aimerons nous-mêmes ?

Alors, "Seigneur, que votre volonté, qui m'est plus chère que toutes choses, soit accomplie !"

 

L'Auteur :

Sous le nom de Tauler, les Institutions regroupent en réalité des textes délicats à identifier, dus à de nombreux auteurs rhéno-flamands. Les jésuites, notamment saint Pierre Canisius, et les chartreux de Cologne au XVIe siècle sont à l’origine de leur diffusion dans toute l’Europe, où leur influence sera considérable, notamment en Espagne et en France.