Mardi 17 Juillet 2018

Prier : une affaire d'importance !

Le saint exercice de l'oraison doit être mis au rang des principaux fondements de la vie et sainteté chrétiennes, parce que toute la vie de Jésus-Christ n'a été qu'une perpétuelle oraison, laquelle nous devons continuer et exprimer en notre vie, comme une chose si importante et si absolument nécessaire, que la terre qui nous porte, l'air que nous respirons, le pain qui nous sustente, le cœur qui bat dans notre poitrine, ne sont point si nécessaires à l'homme pour vivre humainement, que l'oraison est nécessaire à un chrétien pour vivre chrétiennement.

L'oraison est la vraie et la propre fonction de l'homme et du chrétien, puisque l'homme n'est créé que pour Dieu, pour être en société avec lui, et que le chrétien n'est sur la terre que pour y continuer ce que Jésus-Christ y a fait pendant qu'il y a été. C'est pourquoi je vous exhorte, autant qu'il m'est possible, et je vous conjure au nom de Dieu, vous qui lisez ces choses, puisque notre très aimable Jésus daigne prendre ses délices d'être et de converser avec nous par le moyen de la sainte oraison, de ne pas le priver de son contentement. Regardez cette affaire comme la première, la principale, la plus nécessaire, la plus pressée et la plus importante de toutes vos affaires, et dégagez, tant qu'il vous sera possible, des autres affaires moins nécessaires.

Saint Jean Eudes (1601-1680), La Vie et le Royaume de Jésus, II, 11

MÉDITER :

Toute la vie de Jésus-Christ n'a été qu'une perpétuelle oraison. Voilà qui devrait suffire à nous faire entrer en prière, puisqu’être chrétien, c’est être Jésus, tout simplement : nous formons avec lui un même corps, dont il est la tête et dont nous sommes les membres, aime à répéter saint Paul. Dès lors, ce que Jésus a vécu devient pour nous ce que nous devons vivre. Et si nous prenons ce mot d’oraison dans le sens général d’une vie dans l’intimité divine, on voit tout au long de l’Évangile que Jésus se définit lui-même par cette intimité avec son Père, par l’écoute de sa parole et la volonté de faire sa volonté.

L'oraison est nécessaire à un chrétien pour vivre chrétiennement. Le mot « oraison » provient du latin os, la bouche, et indique littéralement le « bouche à bouche » dans lequel nous voyons Dieu donner sa propre vie à Adam au moment où il le crée : prier, écouter Dieu, entrer dans sa volonté, voilà l’oraison, mais cela parce que Dieu nous fait naître à sa propre vie, éternelle et bienheureuse, parce que l'homme n'est créé que pour Dieu, pour être en société avec lui.

On voit que l’oraison est vitale pour un fils de Dieu ; s’en passer, c’est se couper de cette vie divine, quel que soit le chemin qu’elle devra prendre selon la vocation propre à chacun. Aussi notre premier acte de baptisé doit-il être d’installer l’oraison au cœur de notre existence, d’en prendre les moyens et d’y être fidèle.

 

L'Auteur :

Eudes (Saint Jean, 1601-1680)

Né dans une famille paysanne normande, Jean étudie chez les jésuites, puis entre à l'Oratoire de France. Prédicateur infatigable, recours de tous les pauvres, il incarne la Normandie mystique du XVIIe siècle. Fondateur des eudistes, son influence sur le clergé français traversera les siècles.