Faire de ma vie une prière

   La prière est le premier acte de notre foi, et par conséquent, ce que dit l’Apôtre, qu’il est impossible de plaire à Dieu sans la foi, il faut le dire de la prière. On peut dire en un certain sens, que tout ce que nous faisons, le manger même et le dormir, est une prière, quand nous le faisons simplement comme il nous est demandé, sans y ajouter ni diminuer rien par nos caprices et notre volonté.

   Lorsque le temps de nous mettre devant Dieu pour lui parler seul à seul est arrivé, ce qu’on appelle proprement prière, la seule présence de notre esprit devant le sien et du sien devant le nôtre forme la prière, soit que nous y ayons de bonnes pensées et de bons sentiments, ou que nous n’en ayons point. Il faut seulement qu’avec toute simplicité, sans faire aucun violent effort d’esprit, nous nous tenions devant lui avec des mouvements d’amour et une attention de toute notre âme, sans nous distraire volontairement?; et alors tout le temps que nous sommes à genoux sera tenu pour une prière devant Dieu, qui aime autant que nous supportions humblement les pensées vaines et involontaires qui nous attaquent alors, que les meilleures pensées que nous avons eues dans d’autres temps?; car une des plus excellentes prières est le désir amoureux de notre cœur envers Dieu, et que nous supportions les choses qui nous déplaisent.

Sainte Jeanne de Chantal (1572-1641),
Entretien IX, De la prière

   La prière est le premier acte de notre foi. Qu’est-ce que prier, en effet, sinon nous tourner vers Dieu et nous en remettre à lui ?

   En cela même, la prière brise l’enfermement dans lequel nous avait mis le péché originel, et rétablit le contact avec Dieu que nous avions perdu?: un homme qui prie est un homme sauvé. À partir de cet acte de foi, Dieu va pouvoir pénétrer de plus en plus notre vie, la transformer en un dialogue permanent avec lui, chaque instant nous révélant sa volonté aimante à travers sa providence, et nous invitant à y adhérer avec toujours plus de confiance. En ce sens, tout ce que nous faisons, le manger même et le dormir, est une prière.

   Certes, cette prière continuelle et implicite suppose aussi des moments plus explicites qui lui sont réservés, ceux que nous consacrons à la méditation ou à la présence exclusive à Dieu ; mais en réalité, au fond de notre âme, dans l’action comme dans le recueillement, la seule présence de notre esprit devant le sien et du sien devant le nôtre forme la prière.

    La prière n’est donc pas une activité parmi d’autre, elle est comme l’irrigation de toute notre vie par la présence de Dieu, entretenue tantôt implicitement, tantôt explicitement, par notre simple attention amoureuse à Lui et à sa volonté. Et là, on comprend qu’il soit très secondaire que cette attention soit accompagnée de ferveur ou de sécheresse, de bonnes pensées ou de distractions, cette attention se formant bien plus en profondeur dans notre âme.

Chantal (sainte Jeanne de, 1572-1641)
Fille du président du parlement de Dijon, veuve inconsolable du baron de Chantal à 29 ans, mère de quatre enfants, la rencontre de François de Sales trois ans plus tard bouleversera sa vie : elle deviendra la pierre angulaire de la Visitation (quatre-vingt-six monastères fondés de son vivant). Sa correspondance et ses instructions aux visitandines sont autant d’applications concrètes des enseignements de saint François de Sales.